Le marché indien du jeu vidéo, jusqu'alors balbutiant et spécialiste des adaptations des films de Bollywood, se diversifie et commence à produire des jeux pour la PS2. Hanuman: Boy Warrior, un hack'n slash à la 3ème personne mettant en scène les déités hindoues, et retraçant l'ascension du dieu Hanuman en quête pour retrouver ses pouvoirs,

Le jeu a été l'objet d'une critique de la communauté Hindou, notamment l'Universal Society of Hinduism, qui condamne la figuration des déités à des fins commerciales, ceci pouvant choquer les dévots.

Dans un jeu vidéo, le joueur contrôle le destin de Lord Hanuman, tandis que dans la réalité, les croyants doivent mettre leur dans les mains de leurs divinités.

(...)

Le contrôle et la manipulation de Lord Hanuman avec un joystick / bouton / clavier / souris est dénigrant. Lord Hanuman ne devrait pas être réduit à un «avatar» de jeu vidéo, juste pour renforcer une société de produits incluse l'économie de croissance l'Inde.

Cette association est basée au Nevada et semble spécialisée dans les campagnes anti-média, répertoire d'action permettant de gagner en visibilité. En attaquant ce jeu vidéo anecdotique, l'association se positionne dans l'espace public par le jeu vidéo. Ce procédé est assez courant et largement partagé (il n'y a qu'à recenser toutes les associations exogènes au secteur du jeu vidéo).

Je propose qu'on retire le terme "avatar", littéralement, une divinité hindoue descendue sur terre.

Enfin, le jeu semble assez mauvais, du moins c'est la seule chose qui intéresse les gamers, ce qui contredit la lueur d'espoir d'une critique constructive au sein de la communauté de gamers. Pour un extrait vidéo, voir ici.