Les coûts juridiques et techniques d'un tel dispositif semblent a priori trop importants. Si les pouvoirs publics souhaitent cependant s'engager sur cette voie, le vote du budget pour restreindre l'accès devrait être un moment de retour à la raison en ces temps de caisses vides. A l'inverse, le coût de publicité est faible pour les entrepreneurs de cette cause.

GTA V : episode from narcolecptic city / french's cut edition / not extended play

Notons toutefois que la réponse du ministère de la Culture fait preuve de modération et appelle à une étude avant de se lancer dans une lutte contre un secteur industriel transnational, dont les 105 milliards pourraient aisément permettre de lever une armée d'avocats.

Enfin, la rencontre entre les chefs de cabinet et Bobby Kotick devrait être des plus spectaculaire, mais nous révèlerait comment l'industrie est prête à collaborer pour le bien-être du peuple français.

La difficulté par ailleurs réside dans les instances de représentation : le SELL et le SNJV sont trop petits, ce qui nécessiterait de mobiliser tous les adhérents de l'ISFE et de l'ESRB. et d'impliquer les associations de studio de développement.

Enfin, le point d'entrée le plus simple est de convaincre Nintendo, Sony et Microsoft de procéder à un contrôle éditorial des produits français, et de décliner des jeux particuliers pour notre territoire : repenser le gameplay, la durée des missions, le game level, etc. Le retour sur investissement d'une telle localisation (back to the 80s) devrait bien entendu les motiver vu la taille de notre marché intérieur.... A la rigueur, mettre en place un filtre et désactiver des options graphique se code facilement. Cependant, repenser une architecture ludique implique un nouveau jeu in extenso.

Donc un bon plan de communication du "jeu vidéo responsable" semble être la voie du compromis : peu onéreux, peu engageant, n'altérant en rien la pratique et finalement rendant visibles les dispositifs techniques préexistants sur console.