Game in Society

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - cloud gaming

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 26 octobre 2012

L'ESRB régule les plateformes digitales- un pied dans le futur

L'organisme américain en charge de la régulation des contenus des jeux vidéo nord-américain lance une nouvelle signalétique à destination des plateformes mobiles. Cette évolution qui relève presque de la marche forcé est une décision très importante.

En effet, jusqu'à présent, la régulation des contenus sur les plateformes digitales, notamment l'applestore ou gooogleplay, mais aussi facebook ou steam et le xboxlive arcade (même si ces deux devraient logiquement porter ce système) est opérée par les propriétaires des plateformes. Ainsi ceux qui sont réellement visés, Apple et Google, ont des politiques de contrôle éditorial assez variées et des modes de classification qui s'inspirent des différents systèmes existants.

esrb digital board

Politique des marchés

Or nous avions évoqué dans un précédent post, à quel point il était important pour l'ESRB ou le PEGI de se positionner sur ce marché, mais aussi à quel point il était difficile d'y arriver : en témoigne la première tentative de l'ESRB en Novembre 2011. Pour les propriétaires des plateformes - ceux qui contrôle la chaîne de distribution (canal et terminal) et le marché - l'intérêt est tout aussi important. En effet, la régulation des contenus a des effets de structuration des marchés et des modes de production. Aussi, ouvrir une plateforme à un tiers peut éroder les positions monopolistiques et redistribuer les cartes.

Lire la suite...

vendredi 31 juillet 2009

Cloud gaming, back to the 94s - en bref

Hop, pendant les auditions du congrès, le représentant de Sega a parlé du Sega channel, le service de distribution de jeu en ligne où il était possible de jouer à une cinquantaine de jeux pour seulement 15 dollars par mois. Bref, le futur dans le passé. Grosse différence quand même avec le xbox live et PSN, c'est qu'à l'époque il fallait être client du câble. Or l'adsl a permis de contourner ce tiers, et donc de permettre aux consoliers de toucher un mass market, avec de gros taux de pénétration.

Y a pas à dire mais le concept du cloud gaming est l'archétype même des discours de marketeux. Des mots branchés pour un concept vieux de 15 ans. Ça m'émeut cette capacité qu'ils ont à recycler, et le public à encenser des produits recyclés. Y a pas à dire l'écologie est un vrai business model qui va traverser tous les secteurs de notre société (attention quand même, vendre du vent pourrait contribuer à sécher les plaines) ;)

Bref, tout ça pour dire que OnLive peut techniquement marcher, ils l'ont fait en 1994, MAIS, et là c'est le drame de la réalité socio-économique, s'ils n'ont pas tous les éditeurs avec eux, ils vont souffrir. Y a qu'à voir comment 3DO s'est vautré. Heureusement, le web 2.0 est constitué de technophiles suivistes qui font le boulot des marketeux.

Bref, ça serait sûrement limité au marché du PC.... soit comment transformer le PC en console de jeu (l'argument étant de pouvoir jouer à crysis alors qu'on a un pc de pauvre)... mais en tous cas, pas de quoi menacer les consoles de jeu (position trop hégémonique quand on regarde un peu la constitution du marché), j'en mets mes cheveux à couper.

PS: je suis atterré par le suivisme des bloggeurs/journalistes... le titre est le même, je veux bien faire de la socio compréhensive sur les conditions de production de publireportages l'info, mais quand même, reprendre un communiqué de presse, c'est moyen.

mardi 12 mai 2009

30 millions pour le jeu vidéo et autres technologies : une mesure symbolique obsolète?

Le 7 mai dernier NKM - comme les bloggeurs se plaisent à affubler notre secrétaire d'Etat de ce petit nom - a communiqué sur le plan France numérique 2012, et a notamment mentionné la création d'une enveloppe pour le jeu vidéo, enfin plus précisément le jeu vidéo à usage professionnel, entendez par là les jeux sérieux qui servent à former les cadres sup' des grandes entreprises.

Extrait :

Le Président de la République souhaite, via le volet numérique du plan de relance présenté par la secrétaire d’État, donner de l’avance à la France dans trois secteurs clés : l’infrastructure à très haut débit (fibre optique), l’utilisation professionnelle du jeu vidéo et les plates-formes Web 2.0.

ERRATUM Tout de suite on déchante. La fibre optique coûte très cher (normal, c'est de l'infrastructure, même si elle est prise en charge pour partie par des providers comme Free) et devrait absorber une bonne partie du budget, les interfaces web 2.0,(pilotées par Lefebvre?) pourraient arriver en second, et les résidus iraient au serious gaming. ERRATUM

Lire la suite...