Game in Society

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - construction sociale

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 24 janvier 2010

SAV le Débat : De la différence entre le bandit manchot, diablo et les MMO

Suite à la diffusion de l'émission Le Débat, des questions sont apparues sur le forum de canardpc. je vous mets la question posée et la réponse que j'ai fournie.

N'étant pas spécialiste et ne disposant pas de chiffres sur le sujet, je ne m'avancerai pas, mais il serait peut-être intéressant de se demander si le jeu vidéo, pour différentes raisons, n'est pas plus susceptible que d'autres pratiques d'entrainer une dépendance chez des sujets en souffrance : - L'interactivité est parfois proche de certains jeux d'argent particulièrement addictifs : quelle différence entre le loot dans un WoW ou un Diablo et un bandit manchot ?

La différence qui me semble fondamentale entre le jeu d'argent et le MMO (ou hack'n slash) n'est pas que dans la mécanique de jeu, mais réside surtout dans la nature du système de rétribution.

Problème de compétence contre hasard

Lire la suite...

lundi 20 avril 2009

Retour sur Columbine, 10 après

Lu sur le site du monde, un retour sur le massacre de Littleton, point culminant de la croisade anti-jeux vidéo. Y a pas à dire, c'est quand Le Monde fait du copier-coller d'articles étrangers qu'il redevient pertinent.

Extraits choisis :

DES DIZAINES D'EXPLICATIONS AU MASSACRE, TOUTES ERRONÉES

Mais qui étaient Eric Harris et Dylan Klebold ? Pourquoi ont-ils tué ? Que s'est-il réellement passé à Columbine ? Dix ans après le massacre, ces questions hantent toujours les mémoires, mais de nouvelles réponses ont vu le jour. "La vérité sur Columbine", comme titre The Guardian, ne colle pas avec ce qui a pu être écrit ou diffusé dans la presse à l'époque. "La plupart de ce qui a été dit au public sur cette tuerie est faux", renchérit USA Today.

(...)

Dans les semaines qui ont suivi, les médias ont évoqué de nombreuses explications au drame : l'appartenance à un gang, les jeux vidéos, le hard rock, la fascination pour les armes ou le nazisme... En réalité, Eric Harris et Dylan Klebold n'étaient ni des adorateurs de Marilyn Manson, ni des exclus. Leur haine n'était pas spécialement dirigée contres les sportifs, les Noirs ou les chrétiens. "Toutes ces histoires sont le produit de l'hystérie, de l'ignorance et de déductions fallacieuses" des heures et des jours qui ont suivi le massacre. "La vérité est bien plus sinistre", écrit Andrew Gumbel. Eric Harris avait largement exposé son but sur son site Internet. Il tient en quelques mots : faire disparaître le lycée et tous ceux qui s'y trouvent.

Comme part hasard toutes les explications, se révèlent n'être au final que des constructions sociales : pas plus les jeux vidéo que les autres pratiques des "jeunes" comme facteur déclencheur ne sont recevables. Le contexte social joue un rôle crucial (la reconnaissance et l'exclusion). Enfin, ça a permis à Grossman de vendre des caisses de son bouquin.

Aller, encore 3 ans, et l'Allemagne se rendra compte de la même chose pour Erfurt. On pourra enfin parler sérieusement. Y compris les scientifiques.

Source Goldstein 2001.