Ce qui est génial avec le web 2.0, les réseaux sociaux et autres, c'est la masse de travailleurs gratuits qui profitent à ceux qui fabriquent des choses. Une masse silencieuse qui n'est jamais remerciée, alors même qu'elle permet de parfaire la production. Y a pas à dire, nous atteignons un stade suprême du capitalisme cognitif ou l'exploité le veut (et nous rejoignons ici même les théories de la domination de La Boétie à Max Weber), où le contrôle qualité est décentralisé et littéralement dématérialisé.

Dernier cas en date, le site jeuxvideoinfoparents. Les commentaires sur twitter, les différents posts sur différents blogs dont celui-ci, ont pu révéler des absurdités, des erreurs fondamentales d'attribution, des coquilles à n'en plus finir. Plein de bonne conscience, les lecteurs ont mentionné les problèmes, ont offert un vrai travail de correction. Des citoyens exemplaires travaillant pour une association adoubées par les pouvoirs publics, la chose est courante.

Ainsi, quelle n'a pas été ma joie de constater que les liens indiqués dans ce billet, pointaient vers les versions corrigées depuis ce matin.

Alors juste pour information, combien avons-nous fait gagner au site ?