Game in Society

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - pouvoirs publics

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 21 janvier 2013

Pourquoi il est impossible de faire des études scientifiques sur les effets des jeux vidéo

hufflogo Le trauma post-Newtown est passé. Les pouvoirs publics américains ont ainsi mis en place une gestion de crise morale classique en proposant 23 mesures clefs. L’action publique est en œuvre, les pouvoirs publics vont faire quelque chose. La communauté semble se réjouir tout particulièrement à l’annonce d’une enveloppe de 10 millions de dollars pour une série d’études scientifiques afin d'étudier les liens entre violence et jeux vidéo. Pourtant, ce n’est pas une première. Après la tuerie de Littleton, le Congrès avait demandé l’ouverture d’une enquête sur les effets des jeux vidéo. La Federal Trade Commission avait alors dépêché une commission qui concluait sur l’impossibilité d’établir des liens entre jeux vidéo et violence.

L’appel à la science pour prouver quelque chose peut sembler relever du bon sens, si ce n’étaient les usages politiques de la science dès lors qu’elle est employée à la validation de prises de positions morales et éthiques.

biden videogames

Lire la suite...

jeudi 20 novembre 2008

Rapport du Sénat et les jeux vidéo : le test !

Les politiques tentent de faire leur retour gagnant sur le marché des entrepreneurs de normes et de morale du jeu vidéo.

La dernière production du Sénat a pris le pari ambitieux de faire un état des lieux des nouveaux médias sous l'angle des risques. Ça va parler de violence et d'addiction, de jeunes mais aussi de vieux. Bref, un univers autant balisé" que la seconde guerre mondiale dans les FPS.

Le rapport parviendra-t-il à se démarquer de la concurrence et éviter de tomber dans les pièges du genre ? Alors, recycle-t-il les sciences humaines et sociales ou bien est-il parvenu à dépasser les oppositions classiques ? Sera-t-il le best-seller de 2009 à mettre absolument au pied du sapin? Rien n'est moins sûr! Le test en première mondiale.

Lire la suite...

jeudi 4 septembre 2008

The Thaïland's black list. What else ?

GTA case evolves. A conference held by the Government and Ministry of Culture proposed to forbid 5 dangerous videogames. The list is quite rare:

  1. Hitman
  2. Three Hundred The Video Game
  3. Killer Seven
  4. Hitman: Blood Money
  5. Fifty Cent: Bullet Proof

Both Hitman are rated Mature by the ESRB, as PEGI modulates his classification (hitman - 16+ and hitman: blood money 18+). The others are Mature. More than anything, some are very bad games, so they should be banned whatever the risk!

Resolutions were taken at the end ot the conference :

  1. Keeping an eye out and taking care of Thai youths so they are safe from dangerous games.
  2. Encourage all involved to take care of Thai youths and keep them away from dangerous games and games which are deemed "unwanted".
  3. Encourage the development of games and gaming stores as an educational outlet for youths.
  4. Regulate, inspect/enforce dangerous games and gaming stores.
  5. Educate Thai youths on the dangers of dangerous games.

The regulation issue seems to be the big thing, but the modalities are quite symptomatic: shop owners must fulfil a information mission, they should even educate consumers about game. It is like french national gambling association that asked dealers to inform gamblers about dependence risk.

Ask a drug dealer to inform junkies to limit their consumption. Such an antagonist posture. Moreover the main goal is the legal responsibility, who is to blame ? Producers, distributors, owners, players? And what about the State which is not able to assume his responsibilities? Violence issues are one of the State fundamentals, as shown by Max Weber, so why give this responsibility to private actors?

No doubt that from a liberal point of view, it would firstly be shop keepers, and furthermore consumers who had played the illegal game. No doubt that the industry will produce a self regulation, to avoid a tough censorship.

Other bad issue that would pleased game industry, lots of underground shops sell illegal copies. So governement and industry should fight all together according to their cross-interests.

The saddest thing in this story is that videogames are suffering a "pathologization" process. Playing games appears as a disease and as a drug.

I would ask a tricky question: isn't it because he wanted to grab a taxi without money that he killed the guy? Thai government as other occidental governments tries to elude social issues. The access to knives is not an issue, the poverty isn't too. It is like Littleton 99s, when public authorities discovered that the murderers were doom players. It was not NRA fault.... Virtual worlds are so powerful they provide real guns... they must be kidding.

Yep, it's quite effective to focus public opinion on game issue, and to take measures in order to prove people that government is efficient.

Moreover, other points are not so bad. Educate about games' danger is not a crime. It can even be interesting if they do have a critical approach and do not consider games as evil production. The main thing is that psychologist will take this market and will publish terrible books on game addiction, game killers, etc.

Well, defending civil liberties is respectable, but we do have to think about the State responsibility and imperatives. Gaming is not a crime, but would you let your child play GTA? So it is not so awful to think about a regulation, you would do that on your own. What must be taken care is the way the regulation will operate. Entertainment is one thing, and in order to stay entertainment, game industry should take care of social issues to preserve these leisure places.

A social debate is at stake, why do not take part of that one, have a constructive approach, educate politics about game and issues. If politics would realize that game are not a cause but a factor as many others, they would be less drastic. If game industry would accept that some ones are disturbed, they would not be so blind-dumb. The thing is that claiming liberty will not let you have it.

Just fight for it, not against but with regulators. En equilibrium is possible. A dialogue should make the debate evolve. If the two camps are still antagonist, be sure that the social conception of games will last for a long time: violence, addiction, etc. Fear fantasies are not a good motivation. Fight for games, fight with the policy makers and mainstream journalists.

If anyone here could be mature with mature games issues...

dumb and dumber

Ceci n'est pas un RTS

Lu dans le figaro, la police de Londres met à disposition des citoyens la carte de la délinquance en temps réel.

Encore un coup de génie en matière de géo-localisation, mais surtout, un interface très Saints Row, avec les quartiers et les zones à conquérir. En effet, le but est de créer une pression social, un neighborhood spirit en quelque sorte, de manière à ce que chacun se mobilise pour faire baisser les stats. Une belle délégation des pouvoirs régaliens aux individus.

Enfin ça ne vaut pas la très flippante carte US de family watchdog - un hommage à Nintendogs?

__

Le rien à voir du jour, ce programme fascinant: la newsmap à voir absolument

mardi 12 août 2008

Un shoot de beats pour le fun

I-dose est le buzz du jour depuis que USA today a consacré un article à cette "nouvelle menace du net".

Grâce à ce beau coup de pub, I-doser, le dealeur des drogues numériques m'a eu ; J'ai succombé à la tentation. En quelques clics, comme dans tout bon business, le chaland peut avoir des échantillons gratuits, de la bonne. Un clic, un shoot. Qui te fait plâner direct..Ahah. Mais, et c'est là toute la magie du monde merveilleux du numérique, sans risque. Completly safe, no risk, no consequences.

Is i-doser safe ? Absolutely! I-Doser has been tested on many people of many different age ranges and there has never been an issue with the safety of the I-Doser doses. However, for doses marked "strong or long program doses, it is highly advisable you do not operate heavy machinery or drive under the influence of a strong I-Doser dose. Use it with the same respects you would a doctor prescribed or recreational drug.

Concrètement, ça fonctionne sur le principe du binaural brainwave, une théorie selon laquelle les ondes affectent le système nerveux. Par delà la réalité de la chose, on plâne en plein discours sur l'idéologie de la communication, cette tendance à nier le corps et exalté l'esprit pur. Norbert Wiener, pape fondateur de la cybernétique en témoignait dans son ouvrage Cybernétique et société (The human use of human beings) :

To recapitulate: the individuality of the body is that of a flame rather than that a stone, or a form rather than a bit of substance. this form can be transmitted or modified and duplicated, althought at present we know only how to duplicate it over a short distance. p. 102

I-dose modifierait les pattern, réorganiserait l'équilibre intérieur et produirait de nouvelles subjectivités.

A vrai dire, je reste sceptique. Après usage, j'ai ressenti une gêne après un fix de "alcohol", voire une envie de gerber. Sur "content", j'ai eu un gros sourire tellement le concept me faisait rire. Tout ceci pour dire comment l'effectivité des doses est liée à la prédisposition, voire même à l'apprentissage selon Howard Becker. Rites de passage, apprendre à reconnaître les effets, autant d'étapes décrites dans Outsiders. Rien à dire, tout est fait sur le site pour apprendre à planer en numérique, prédisposer la réception de ce media : gradation des drogues (de douce à hard bits), avertissements, mise en avant de l'effectivité (ne pas conduire en utilisant une i-dose sous peine de... on sait pas d'ailleurs).

Entre hoax et futur proche, le concept en soi est intéressant. D'un point de vue politique, la drogue est bannie car elle transforme le citoyen en drogué, c'est à dire en un individu non assujetti à l'ordre social et incapable de produire un raisonnement rationnel, ou du moins en conformité avec les rationalités admises et permises.

Pourtant, un shoot numérique est présenté comme un pur entertainment, un moment de détente, une sorte de fête forraine mentale. La question qui va revenir sur le plateau est le degré de dépendance. Voire pire d'addiction avec un concept fumeux dans le style "cyber-addiction to cyber-drug". Kimberly Yong ayant déjà sévi en inventant le concept de cyberdépendance, va sûrement intgérer ce phénomène à sa clinique. Business is business, le tout est de créer la croyance sociale et de continuer allègrement dans le procès de naturalisation du virtuel.

I-dose, ou un sacré débat pour nos députés. Après les jeux vidéo qui rendraient drogués... une drogue virtuelle... Je pense qu'on va avoir des débats juridique foisonnants... qui est le dealeur, le concepteur, l'hébergeur, Quelle efffectivité, c'est pareil que les mesages subliminaux ? C'est une drogue sans produit? Mais on peut acheter le produit, c'est un MP3! Avec en ligne de mire une question bien utilitariste : quelle fonction sociale attribuer à i-doze? Une drogue : ban + créations de cliniques! Un nouveau loisir, à développer, investir, décliner. Voire même intégrer dans le monde réel. I-dose "buy baby buy", i-dose for voting, i-dose 'work harder get better". Le rêve du contrôle social transparent, inoffensif, inodore... Reste que les échantillons testés sont assez insuportables et peu discrets.

Un nouvel horizon que Gibson n'aurait pas renié ! De nouvelles subjectiités sont en marche, qu'importe les formes qu'elles prennent, reste à voir comment le politique parviendra à négocier ces virages.

Dernière interrogation : si l'i-dose fonctionne sur les fréquences, comment être sur que mes haut-parleurs soient bien réglés, que la dynamique et la plage soient bien restituées? Risque-t-on une overdose si on utilise un ampli 5.1? Vivement que Steve Jobs sorte son i-pod for i-dose... et qu'il sorte 6 mois plus tard la version 3G, Histoire de s'en mettre un peu plus.

mercredi 6 août 2008

GTA IV et le crime : responsabilité politique et investissement économique

Rien de tel qu'un fait divers sanglant pour un premier post.

Le cas est simple: un jeune Thaïlandais de 19 a assassiné un chauffeur de taxi, en s'inspirant de GTA IV. Ce "copycat killing", l'expression est d'ailleurs assez symptomatique (un meurtre virtuel est imité et produit dans la réalité, transfert de sérialités), a entraîné une vague de protestation en Thailande. Et pourtant, il n'y a pas eu besoin de faire pression auprès des autorités pour retirer le jeu à la vente. Le distributeur local, New Era Interactive Media a ordonné le retrait de toutes les copies du jeu. Le jeune homme encourt la peine de mort, étant inculpé pour vol, détention d'armes (deux couteux) et crime.

Le plus intéressant dans cette histoire n'est pas tant le fait divers que les discours et différents positionnements des acteurs.

  • L'association "Family Network" a demandé au Ministère de la culture le retrait du jeu, après tout rien de plus normal. Mais la première réaction des pouvoirs publics est une certaine prudence.
  • Le chef de la police se prononce : "jouer n'est pas un crime. Les tirs se font dans le cyber-espace. Mais le jeu peut rendre les joueurs agressifs et violents, aussi les experts devraient approfondir la chose."
  • Un des membres du ministère de la santé mentale renchérit, doutant que le jeu soit la seule cause ayant déclenché ce comportement.
  • Le ministère de la santé s'empresse d'interpeller les parents afin qu'ils veillent aux jeux pratiqués par leurs enfants.


Les proches du jeune Thailandais ont par ailleurs remarqué qu'il était devenu angoissé, que quelque chose n'allait pas. GTA comme unique facteur explicatif du crime ne les satisfait pas.

Pourtant le distributeur retire le jeu. Après trois mois de vente. Quand on connait les cycles du marché du jeu vidéo, passé le premier mois, les ventes deviennent de plus en plus marginales. Beau coup de pub pour ce distributeur "responsable" (le graal dans nos sociétés libérales), retirer ce jeu après avoir vendu la grande majorité des copies, l'investissement n'est pas si mauvais. Comme quoi un bon investissement symbolique peut valoir quelques baths.

Affaire classée. L'honneur est sauf, et les jeunes thailandais pourront toujours se le procurer chez MBK, le grand supermarché de Bangkok, notoirement connu pour les origines obscures de certains de ses produits électroniques.