Game in Society

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 21 avril 2009

Un jeu indien sous les feux sacrés

Le marché indien du jeu vidéo, jusqu'alors balbutiant et spécialiste des adaptations des films de Bollywood, se diversifie et commence à produire des jeux pour la PS2. Hanuman: Boy Warrior, un hack'n slash à la 3ème personne mettant en scène les déités hindoues, et retraçant l'ascension du dieu Hanuman en quête pour retrouver ses pouvoirs,

Le jeu a été l'objet d'une critique de la communauté Hindou, notamment l'Universal Society of Hinduism, qui condamne la figuration des déités à des fins commerciales, ceci pouvant choquer les dévots.

Dans un jeu vidéo, le joueur contrôle le destin de Lord Hanuman, tandis que dans la réalité, les croyants doivent mettre leur dans les mains de leurs divinités.

(...)

Le contrôle et la manipulation de Lord Hanuman avec un joystick / bouton / clavier / souris est dénigrant. Lord Hanuman ne devrait pas être réduit à un «avatar» de jeu vidéo, juste pour renforcer une société de produits incluse l'économie de croissance l'Inde.

Cette association est basée au Nevada et semble spécialisée dans les campagnes anti-média, répertoire d'action permettant de gagner en visibilité. En attaquant ce jeu vidéo anecdotique, l'association se positionne dans l'espace public par le jeu vidéo. Ce procédé est assez courant et largement partagé (il n'y a qu'à recenser toutes les associations exogènes au secteur du jeu vidéo).

Je propose qu'on retire le terme "avatar", littéralement, une divinité hindoue descendue sur terre.

Enfin, le jeu semble assez mauvais, du moins c'est la seule chose qui intéresse les gamers, ce qui contredit la lueur d'espoir d'une critique constructive au sein de la communauté de gamers. Pour un extrait vidéo, voir ici.

lundi 22 septembre 2008

OMG, friendly fire

Lu sur le Wisconsin Evangelican Lutherian Synod journal, une question théologique:

Question éthique : est-ce que tuer dans un jeu vidéo est un péché ?

Q: Ok, je suis certain que le meurtre / suicide vol n'est pas comptabilisée comme un péché, si ce n'est que dans un jeu vidéo. Mais je ne suis toujours pas très sûr, lorsque je joue aux jeux vidéo, je ne tue pas vraiment je n'essaierai jamais de prendre la vie de toute être vivant. Et quoi que soit un jeu vidéo, il ne peut pas mourir parce qu'il n'est pas vivant, en premier lieu, les jeux vidéo sont une autre réalité fausse. Même si des gens dans les jeux vidéo sont en mesure de mourir, ils ne sont pas des êtres humains ou des animaux, mais seulement des données générées par ordinateur ou une intelligence artificielle. Je suis assez convaincu que ce n'est pas un péché, mais s'il vous plaît j'ai simplement besoin d'une confirmation.

A: Comme normalement défini, prendre la vie d'une autre dans les jeux vidéo (en tant qu'acte ou toute autre situation fantastique) n'est pas un péché contre l'interdiction divine de meurtre. Si, en revanche, ce qui est fait dans le jeu vidéo est l'expression de la haine ou le mépris cynique pour la vie humaine, alors le cœur et les motifs sont mauvais, et cela sera considéré comme un péché aux yeux de Dieu. Mais si cette activité est un pur divertissement et non une expression de désamour contre tout être humain, il ne s'agit pas de meurtre.

Pour mémoire, toutefois, l'obsession au sujet des jeux vidéo peut impliquer d'autres épreuves de la volonté de Dieu pour son peuple aimé et rédempté. En règle générale, cela peut impliquer un colossal mésusage d'un temps précieux et d'une attention d'activités plus utiles et plus précieuses qui glorifient Dieu et servent notre prochain. Il en va de même, bien sûr, est vrai de beaucoup de formes de divertissement ou de détournements du travail utile ou de l'éducation (par exemple, regarder la télévision, des films, constamment écouter de la musique...).

Donc, si les JV sont du fun, on peut tuer à foison. Grand écart marrant, puisque jouer serait au final non pas un péché mais une perte de temps, et par extension, un péché détourné pour non assistance à la volonté divine d'aider son prochain. Dans ce cas, comment reconnaître le jeu comme divertissement et déculpabiliser le pêcheur virtuel, tout en reconnaissant la vacuité de cette pratique paganiste?

Heureusement christian games est là pour resserrer le grand écart et mettre en place un nouveau marché...

La question qui me taraude, si on frag des impies dans counter strike, on gagne en xp et remporte des indulgences? Et le friendly fire, c'est pas péché car on aime son partenaire ?